Philosophie

Aujourd'hui l'architecture doit pouvoir répondre ou proposer des réponses non plus, à une

 attente du moment, par des objets de consommation, ou par un effet de style, mais se doit de

 matérialiser une réponse aux préoccupations, aux enjeux de la société actuelle et aux constantes

 mutations qu'elle subit et cela à des échelles différentes : le cadre de vie de la cellule familiale, le

 quartier, la ville ou la commune, les paysages urbains et ruraux de nos environnements.

C'est dans un premier temps, avec des caractéristiques du lieu que le projet prend

 ses racines pour un devenir, puis la disponibilité et l'ouverture d'écoute vont faire émerger les

 attentes et les demandes du maître d'ouvrage, commanditaire du projet.

C'est ensuite dans un second temps, qu'il faut donner une proposition singulière et spécifique

 adaptée, favorable et porteuse ci-possible d'un suplément d'âme, comme un accompagnement

 indispensable aux techniques constructives du projet.

L'architecte doit être en mesure de proposer des réponses appropriées à l'évolution de nôtre

 société. Il doit pouvoir se positionner sur les questions aussi importantes que le développement

 durable et la mise en valeur des énergies durables, la croissance des villes et leurs problèmes

 générés par les transports, les conséquences des variations du climat, les notions de mixité aux

 différents stades du projet. L'architecte génère des lieux de vie, empreint d'intimité, de fluidité,

 d'ouverture selon le cas, ou propice à la réflexion.

Travailler sur des projets différents n'implique pas une légèreté, ou un manque de concentration,

 mais au contraire fait appel à un réel positionnement dans la société, et demande à donner sa

 propre vision compatible avec l'ensemble.

Faire des projets avec l'existant et sur l'existant s'inscrit dans une démarche actuelle de

 récupération, de réinterprétation, de recyclage et d'économie des matériaux déjà mis en oeuvre

 dans l'existant. Cela permet une nouvelle vie et suggère un esprit de liberté dans la nouvelle

 appropriation de la construction et une révision de l'organisation de l'ensemble du bâti.

Le travail du projet s'accompagne de la présence des matériaux, bruts ou sophistiqués, naturels

 ou transformés, de leur coloration, de leur texture, de leur présence avec la lumière, de la façon

 dont la lumière pénètre dans la construction, de l'agencement des différents volumes interférants

 entre eux, laissant les contours flous ou au contraire bien définis.